Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ)

L'information contenue dans cette page ne remplace pas celle du texte de loi, qui a valeur officielle.

Un directeur de la protection de la jeunesse (DPJ) est nommé dans chacune des régions du Québec. Il est chargé de l’application de la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ) Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. dans sa région. La LPJ s’applique aux enfants qui vivent des situations qui compromettent ou qui peuvent compromettre leur sécurité ou leur développement. Ces enfants sont considérés comme étant en difficulté et ayant besoin de protection. Dans la LPJ, le terme « enfant » désigne une personne de moins de 18 ans. Cette loi s’applique donc aussi aux adolescents.

Le DPJ travaille au sein d’un centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) ou d’un centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) offrant des services de protection et de réadaptation pour les jeunes en difficulté d’adaptation, auparavant appelés « centres jeunesse ». Le DPJ collabore avec l’ensemble des ressources d’aide de sa région.

Rôle du DPJ

Le DPJ intervient auprès d’un enfant et de ses parents, dans l’intérêt de l’enfant et dans le respect de ses droits. Son intervention doit viser :

  • à mettre fin à la situation qui compromet la sécurité ou le développement de l’enfant;
  • à éviter que cette situation se reproduise.

Le DPJ intervient principalement dans les situations où un enfant est :

  • abandonné;
  • victime de négligence;
  • victime de mauvais traitements psychologiques;
  • victime d’abus sexuels;
  • victime d’abus physiques;
  • aux prises avec des troubles de comportement sérieux;
  • exposé à un risque sérieux d’être victime de négligence, d’abus sexuels ou d’abus physiques.

La plupart du temps, de telles situations sont portées à l’attention du DPJ par téléphone. C’est ce que l’on appelle un « signalement ». Un signalement est obligatoire pour que le DPJ puisse évaluer la situation et les conditions de vie d’un enfant.

Pour en savoir plus sur le signalement et sur les situations où il est nécessaire de faire un signalement, consultez la page Faire un signalement au directeur de la protection de la jeunesse (DPJ).

Responsabilités du DPJ

Le DPJ est entouré d’une équipe d’intervenants qui exercent plusieurs responsabilités, dont celles de :

  • recevoir les signalements concernant des situations où des enfants peuvent avoir besoin de protection;
  • décider si les signalements doivent être retenus pour évaluation;
  • dans les cas où un signalement est retenu :
    • évaluer la situation de l’enfant,
    • déterminer et appliquer les mesures pour corriger la situation,
    • réviser la situation de l’enfant.

Le DPJ a aussi l’obligation d’aider les parents, afin que leur enfant puisse continuer à vivre avec eux ou revienne dans le milieu familial, s’il en a été retiré. Dans certaines situations, le retour de l’enfant dans son milieu familial est impossible. Le DPJ a alors la responsabilité d’offrir à l’enfant un autre milieu de vie qui lui assurera la stabilité nécessaire pour se développer. Pour en savoir plus sur les possibilités offertes à l’enfant et à ses parents dans ces situations, consultez la page Choix d’un projet de vie pour un enfant pris en charge par le DPJ.

À la suite du traitement d’un signalement, le DPJ peut décider de ne pas retenir ce signalement pour évaluation. Toutefois, s’il considère que l’enfant ou ses parents ont besoin d’aide, il doit les informer des services et des ressources disponibles dans leur milieu. Si les parents et l’enfant sont d’accord, le DPJ doit également :

  • les conseiller et les diriger vers les ressources d’aide de façon personnalisée, c’est-à-dire faire les premiers contacts avec ces ressources;
  • transmettre les renseignements pertinents sur la situation à la ou aux ressources d’aide disponibles. (LPJ, art. 45.2).

Dernière mise à jour : 14 août 2017, 09:58

Avis

Une simple piqûre peut nuire à votre santé! Inscription auprès d'un médecin de famille Dépistage du cancer colorectal Dépistage du cancer colorectal Saines habitudes de vie Saines habitudes de vie