Choix d'un projet de vie pour un enfant pris en charge par le directeur de la protection de la jeunesse (DPJ)

L'information contenue dans cette page ne remplace pas celle du texte de loi, qui a valeur officielle.

Projets de vie privilégiés

Il y a plusieurs projets de vie possibles pour un enfant. Les 2 projets de vie privilégiés sont :

Maintien de l’enfant dans son milieu familial

Certains parents peuvent avoir du mal à assumer l’une ou l’autre de leurs responsabilités et avoir besoin d’aide. Malgré ces difficultés, il est généralement préférable que leur enfant vive avec eux.

Tous les moyens sont donc pris pour maintenir l’enfant dans son milieu familial. Le DPJ doit toutefois s’assurer que les parents sont capables d’assumer leurs responsabilités et de répondre aux besoins de leur enfant, même si des difficultés persistent.

Le DPJ met fin à son intervention dès que la sécurité ou le développement de l’enfant n’est plus compromis.

Retour de l’enfant dans son milieu familial

Lorsque l’enfant est retiré de son milieu familial, tout est mis en œuvre pour qu’il puisse y retourner avant la fin de la durée maximale de placement prévue.

Généralement, le DPJ ne met pas automatiquement fin à son intervention lorsque l’enfant revient auprès de ses parents. Il continue de soutenir et de conseiller l’enfant et ses parents jusqu’à ce que la sécurité ou le développement de l’enfant ne soit plus compromis.

Le DPJ doit être assuré que les parents sont capables d’exercer leurs responsabilités et de répondre aux besoins de leur enfant, même si des difficultés persistent. Le DPJ met fin à son intervention lorsqu’il en est certain.

Services offerts à l’enfant et à ses parents

Lorsque le DPJ intervient auprès de l’enfant et de ses parents, ces derniers peuvent recevoir différents services. Ces services peuvent être offerts par :

  • le CISSS ou le CIUSSS offrant des services de protection et de réadaptation pour les jeunes en difficulté d’adaptation;
  • les différentes ressources d’aide comme :
    • les CISSS ou les CIUSSS,
    • les organismes communautaires,
    • les ressources d’aide spécialisées.

Ces services peuvent être, par exemple :

  • des ateliers de développement d’habiletés parentales;
  • des groupes de soutien;
  • de l’aide familiale;
  • un suivi psychosocial;
  • des services de réadaptation.

Certains parents vivent des difficultés particulières, par exemple, un problème de santé mentale ou de dépendance à l’alcool ou aux drogues. Ces personnes peuvent recevoir des services spécialisés.

Le milieu familial élargi, l’école ou le service de garde peuvent également aider à soutenir les parents et leur l’enfant.

Les parents doivent participer activement à l’intervention du DPJ pour corriger la situation.

De plus, si les parents ou l’enfant ont encore besoin d’aide lorsque le DPJ met fin à son intervention, celui-ci doit :

  • les informer des ressources d’aide offertes dans leur milieu;
  • leur indiquer comment y avoir accès.

Si les parents et l’enfant sont d’accord, le DPJ doit également :

  • les conseiller et les diriger vers les ressources d’aide. Il doit le faire de façon personnalisée, c’est-à-dire faire les premiers contacts avec les ressources;
  • transmettre les renseignements pertinents sur la situation à la ou aux ressources d’aide disponibles.

Dernière mise à jour : 14 août 2017, 09:57

Avis

Inscription auprès d'un médecin de famille Une simple piqûre peut nuire à votre santé! Saines habitudes de vie Saines habitudes de vie Dépistage du cancer colorectal Dépistage du cancer colorectal