Gouvernement du Québec - Dirige vers l'accueil du Portail santé mieux-être
Portail santé mieux-être

Menu principal

VIH/sida

Description

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) s’attaque directement au système immunitaire et l’affaiblit. La personne infectée peut ainsi être affectée par différentes maladies ou infections. Avec le temps, si l’infection par le VIH n’est pas traitée, elle peut évoluer vers le sida (syndrome d’immunodéficience acquise).

Les personnes qui attrapent le VIH sont infectées pour la vie.

Symptômes

Certaines personnes infectées par le VIH n’ont pas de symptômes. D’autres peuvent en avoir mais ne pas s’apercevoir qu’ils sont associés à l’infection par le VIH. Une personne peut donc être infectée sans le savoir.

Quand une personne a des symptômes, ils apparaissent de 2 à 4 semaines après l’infection par le virus.

Les symptômes de l’infection par le VIH peuvent être les suivants :

  • symptômes semblables à ceux de la grippe :
    • fièvre,
    • maux de tête ou de gorge,
    • douleurs musculaires ou articulaires;
  • ganglions enflés au cou, aux aisselles ou à l’aine;
  • ulcères dans la bouche;
  • rougeurs sur le tronc ou dans le visage;
  • nausées, vomissements ou diarrhée;
  • perte de poids importante.

Ces symptômes disparaissent sans traitement après un certain temps. Toutefois, le virus demeure présent dans le corps de la personne. Il peut être transmis et entraîner des complications.

Quand consulter

Consultez un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 8-1-1 si vous avez des symptômes ou si vous avez eu des comportements à risque, par exemple :

  • relations sexuelles non protégées;
  • partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues;
  • tatouage et perçage avec du matériel non stérile.

Traitements

Il n’existe aucun traitement pour guérir l’infection par le VIH. Le virus demeure dans le corps de la personne pendant toute sa vie. Des médicaments et un suivi médical approprié permettent toutefois de contrôler le virus et de limiter la gravité de l’infection.

Actuellement, les personnes vivant avec le VIH qui ont un bon suivi médical ont une qualité et une espérance de vie comparables à celles de l’ensemble de la population.

Aviser ses partenaires

Les personnes qui sont infectées par le VIH devraient en avertir leurs partenaires sexuels et de consommation de drogue le plus vite possible. Ainsi, leurs partenaires :

  • pourront passer un test de dépistage, être évalués rapidement, recevoir les traitements appropriés et éviter des complications;
  • éviteront de transmettre l’infection à d’autres personnes.

Les personnes infectées doivent s’informer au sujet de l’obligation légale qu’elles ont de dévoiler leur statut sérologique (dire qu’elles sont infectées par le VIH). Il leur est recommandé d’en discuter avec une infirmière ou un médecin. Ils peuvent aussi communiquer avec le service d’information et d’accompagnement juridique VIH info droits. Ce service est offert par la Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida (COCQ-sida) :

  • région de Montréal : 514 844-2477, poste 34
  • extérieur de Montréal (sans frais) : 1 866 535-0481, poste 34
  • vih-infodroits@cocqsida.com.

Complications

Après quelques années, si une personne n’est pas traitée et n’a pas de suivi médical, le VIH finit par affaiblir son système immunitaire. Cela peut entraîner des problèmes graves comme certains cancers et infections aux poumons, aux yeux ou au cerveau.

L’infection par le VIH finit par évoluer vers le stade sida. À ce stade, le système immunitaire ne se défend plus et les complications de l’infection peuvent entraîner des conséquences graves et même causer la mort.

Transmission

Une personne infectée peut transmettre le VIH même si elle n’a pas de symptômes. Le risque d’attraper ou de transmettre le VIH augmente si une personne a une autre ITSS.

Le VIH se transmet par les relations sexuelles ou par le sang.

La transmission par voie sexuelle peut se produire lors de :

  • relations vaginales (pénétration du pénis dans le vagin);
  • relations anales (pénétration du pénis dans l’anus);
  • relations orales (contact de la bouche avec le pénis, la vulve ou le vagin);
  • partage de jouets sexuels.

La transmission du VIH lors des relations orales est toutefois rare.

La transmission par voie sexuelle peut avoir lieu même sans qu’il y ait orgasme ou éjaculation.

La transmission par le sang peut se produire lors de :

  • partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues;
  • tatouage ou perçage avec du matériel non stérile;
  • contact entre un liquide contaminé par du sang avec
    • une surface endommagée de la peau,
    • une muqueuse (membrane qui tapisse par exemple la bouche ou les organes génitaux féminins et masculins);
  • transfusion sanguine, lorsque les mesures de sécurité transfusionnelles ne sont pas appliquées (ces mesures sont appliquées au Canada).

Une mère infectée peut également transmettre l’infection à son bébé pendant sa grossesse, au moment de l’accouchement ou lors de l’allaitement.

Le VIH ne se transmet pas lors des activités de la vie quotidienne. Les gestes suivants ne posent aucun danger :

  • serrer la main d’une personne vivant avec le VIH;
  • l’embrasser sur les joues;
  • utiliser le même siège de toilette qu’elle;
  • se baigner dans la même piscine;
  • etc.

Protection et prévention

Vaccination

Aucun vaccin ne protège contre le VIH.

Protection sexuelle

Pour offrir la meilleure protection possible contre le VIH, le condom doit être utilisé :

  • pendant toute la durée de la relation sexuelle orale, vaginale ou anale;
  • à chaque relation sexuelle.

L’utilisation d’un carré de latex pour couvrir la vulve ou l’anus pendant les relations orales diminue le risque de transmission du VIH. Il permet d’éviter le contact direct entre la bouche et les parties génitales. Il est possible de fabriquer un carré de latex en le découpant dans un gant de latex ou dans un condom de latex non lubrifié.

Les personnes qui partagent des jouets sexuels peuvent diminuer le risque de transmission du VIH en les recouvrant avec un condom. Elles doivent changer de condom entre chaque partenaire.

Prise de médicaments antiviraux

Dans certaines conditions, la prise de médicaments antiviraux peut réduire le risque d’attraper ou de transmettre le VIH. Les personnes suivantes peuvent discuter des options qui s’offrent à elles avec un professionnel de la santé :

  • les personnes vivant avec le VIH;
  • les personnes qui ont un risque important d’attraper le VIH pour les raison suivantes :
    • relations sexuelles non protégées;
    • partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues;
    • tatouage et perçage avec du matériel non stérile.

Préparation et consommation de drogues

L’utilisation de matériel neuf pour la préparation, l’injection et l’inhalation de drogues diminue le risque d’attraper le VIH par le sang.

Il ne faut jamais partager le matériel de consommation de drogues. Pour connaître les points de distribution de matériel d’injection de drogues, appelez Info-Santé 8-1-1.

Tatouage et perçage

Les personnes qui font du tatouage ou du perçage devraient utiliser du matériel neuf, jetable ou stérilisé. Cette précaution diminue le risque d’attraper ou de transmettre le VIH. Elle concerne les rasoirs, aiguilles, lames, bouteilles et encres ainsi que tout ce qui entre en contact avec la peau ou le sang. Les personnes qui font du tatouage ou du perçage devraient aussi se laver les mains et porter des gants.

Dépistage

Une personne doit passer un test de dépistage du VIH lorsqu’elle a eu des comportements à risque, par exemple :

  • relations sexuelles non protégées;
  • partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues;
  • tatouage et perçage avec du matériel non stérile.

La personne pourra ainsi prévenir les complications et éviter de transmettre le VIH à d’autres personnes.

Le VIH se dépiste par une prise de sang.

Dans certains CLSC, il est possible de passer un test de dépistage du VIH de façon anonyme, sans devoir présenter sa carte d’assurance maladie.

Pour passer un test de dépistage, consultez un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 8‑1‑1.

En cas de contact avec le sang, le sperme ou les sécrétions vaginales d’une personne infectée

Consultez rapidement un professionnel de la santé ou appelez Info-Santé 8-1-1 si vous avez été en contact avec le sang, le sperme ou les sécrétions vaginales d’une personne qui pourrait être infectée par le VIH.

Vous pourriez en effet avoir à recevoir un traitement préventif qui permet d’éviter d’attraper le VIH. Ce traitement est appelé « prophylaxie postexposition ». Il doit idéalement être administré le plus rapidement possible après le contact, soit dans un délai de 72 heures.

Dernière mise à jour : 22 décembre 2015, 15:43

L'information contenue sur le site ne remplace en aucun cas l'avis d'un professionnel de la santé. Si vous avez des questions concernant votre état de santé, appelez Info-Santé 8-1-1 ou consultez un professionnel de la santé.

Menu complémentaire