Gouvernement du Québec - Dirige vers l'accueil du Portail santé mieux-être
Portail santé mieux-être

Menu principal

Vous êtes ici:Accueil > Problèmes de santé et problèmes psychosociaux > Infections à pneumocoque

Infections à pneumocoque

Description

Le pneumocoque est une bactérie qui se trouve dans les voies respiratoires. Bien des gens sont porteurs de cette bactérie dans leur nez ou leur gorge sans être malades. Cependant, le pneumocoque peut parfois causer des infections, comme la pneumonie.

Il existe plusieurs types de pneumocoques. Une quarantaine d’entre eux causent des infections chez l’humain. On les appelle « infections à pneumocoque ».

Les infections à pneumocoque sont fréquentes au Québec. Elles surviennent toute l’année, mais surtout en hiver et au printemps. Chaque année, les infections graves à pneumocoque provoquent de 3 000 à 6 000 hospitalisations et plusieurs décès.

Symptômes

Les symptômes des infections à pneumocoque et leur gravité peuvent varier selon l’âge et l’état de santé de la personne, et selon le type d’infection.

Les types d’infection sont les suivantes :

  • otite;
  • sinusite;
  • pneumonie;
  • méningite (infection des enveloppes du cerveau);
  • bactériémie (infection du sang).

Les symptômes apparaissent généralement assez rapidement, soit entre 1 et 3 jours après l’infection par la bactérie.

Les infections à pneumocoque peuvent également entraîner des complications.

Quand consulter

Consultation le jour même

Vous devez consulter un médecin le jour même si vous avez l’un des symptômes suivants :

  • essoufflement;
  • difficulté à respirer;
  • douleur lors de la respiration.

Consultation immédiate à l'urgence

Vous devez vous rendre immédiatement à l’urgence si vous avez l’un des symptômes suivants :

  • difficulté à respirer qui persiste ou qui augmente soudainement;
  • lèvres bleues;
  • difficulté à bouger;
  • raideur importante au cou;
  • somnolence, difficulté à rester éveillé;
  • confusion, désorientation;
  • convulsions (le corps se raidit et les muscles se contractent de façon saccadée et involontaire);
  • absence d’urine depuis 12 heures.

Si votre enfant a de la fièvre et qu’il semble très malade, qu’il manque d’énergie et qu’il refuse de jouer, amenez-le consulter un médecin rapidement.

Si vous avez besoin d’aide immédiate pour vous rendre à l’urgence, composez le 9‑1-1.

Traitements

La plupart des infections à pneumocoque peuvent être traitées avec des antibiotiques.

Vous pouvez soulager les symptômes des infections à pneumocoque en prenant les mesures suivantes :

Buvez beaucoup et souvent

Si vous avez de la fièvre, votre corps perd naturellement beaucoup de liquide, surtout par la transpiration. Il est donc important de boire beaucoup et souvent.

  • Buvez beaucoup de liquides : eau, lait, jus, bouillon.
  • Évitez les boissons alcoolisées ou qui contiennent de la caféine comme le café, le thé et les boissons énergisantes. Comme ces boissons font uriner, elles font augmenter la perte de liquide.

Faites bon usage des médicaments

Pour soulager la fièvre et la douleur, vous pouvez prendre des médicaments offerts en vente libre comme l’acétaminophène, par exemple du TylenolMD, ou l’ibuprofène par exemple de l’AdvilMD.

Évitez de prendre en même temps des médicaments qui comprennent des ingrédients identiques. Par exemple, ne prenez pas en même temps du TylenolMD et du TylenolMD Sinus, car ces 2 médicaments contiennent de l’acétaminophène.

Prenez vos antibiotiques comme ils vous ont été prescrits. Ne cessez pas le traitement avant la fin.

Enfants et adolescents

Si votre enfant a plus de 3 mois et qu’il a de la fièvre, vous pouvez lui donner de l’acétaminophène, par exemple du TylenolMD. Prenez soin de suivre les indications fournies avec le produit et selon le poids de votre enfant.

Évitez de donner de l’acide acétylsalicylique, par exemple de l’aspirine, aux enfants et aux adolescents. En effet, ce médicament pourrait entraîner l’apparition d’une maladie grave du cerveau et du foie, appelée « syndrome de Reye » chez des enfants et adolescents.

Complications

Certaines infections à pneumocoques peuvent laisser des séquelles permanentes :

  • surdité (devenir sourd);
  • dommages permanents au cerveau;
  • mort.

Transmission

Le pneumocoque se transmet d’une personne à une autre par les gouttelettes provenant du nez ou de la gorge d’une personne infectée.

Protection et prévention

Vaccination

La vaccination est le meilleur moyen de se protéger contre les infections à pneumocoque.

Les vaccins utilisés varient selon l’âge de la personne et son état de santé.

Selon le calendrier de vaccination recommandé, les enfants peuvent recevoir le vaccin à partir de l’âge de 2 mois.

Démarche pour se faire vacciner

Le vaccin contre le pneumocoque peut être administré à n’importe quel moment de l’année.

Les personnes à risque peuvent se faire vacciner gratuitement dans le cadre du Programme québécois d’immunisation.

Consultez la page du Programme québécois d’immunisation pour connaître la démarche pour vous faire vacciner.

Personnes à risque

Certaines personnes ont plus de risques d’attraper une infection à pneumocoque. Ce sont notamment :

  • les enfants de moins de 5 ans;
  • les personnes de 65 ans et plus;
  • les personnes qui ont l’une des maladies suivantes :
    • maladie du cœur,
    • maladie des poumons (ex. : emphysème, bronchite chronique), sauf l’asthme,
    • maladie rénale,
    • diabète,
    • mauvais fonctionnement ou absence de la rate,
    • cirrhose ou alcoolisme,
    • infection par le VIH,
    • déficience du système immunitaire (ex. : cancer).

Particularités

Au Québec, les infections à pneumocoque sont une maladie à déclaration obligatoire.

Lorsqu’ils détectent un cas d’infection à pneumocoque, les membres du personnel des laboratoires et les professionnels de la santé doivent en informer les autorités de santé publique.

Dernière mise à jour : 20 mai 2015, 14:34

L'information contenue sur le site ne remplace en aucun cas l'avis d'un professionnel de la santé. Si vous avez des questions concernant votre état de santé, appelez Info-Santé 8-1-1 ou consultez un professionnel de la santé.

Menu complémentaire