Gouvernement du Québec - Dirige vers l'accueil du Portail santé mieux-être
Portail santé mieux-être

Menu principal

Vous êtes ici:Accueil > Conseils et prévention > Vaccination contre la grippe

Vaccination contre la grippe

La grippe se transmet très facilement. Se faire vacciner chaque année constitue le meilleur moyen de se protéger contre la grippe et ses complications.

En effet, la vaccination permet au corps de fabriquer des anticorps pour combattre la grippe. Cependant, les études ont montré que le nombre d’anticorps peut diminuer environ 6 mois après la vaccination. Cette diminution touche particulièrement les jeunes enfants, les personnes plus âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Par ailleurs, les virus qui causent la grippe changent continuellement. La composition du vaccin contre la grippe est revue chaque année afin d’y inclure les souches de virus qui devraient circuler le plus pendant la saison de la grippe.

Pour toutes ces raisons, il est fortement recommandé de se faire vacciner chaque année afin de se protéger des complications de la grippe. Consultez tous les détails du programme de vaccination contre la grippe pour savoir comment procéder et où vous faire vacciner.

Description du vaccin

Au Québec, le vaccin est offert sous 2 formes :

Le vaccin offert au Canada contient les souches du virus qui devraient circuler le plus au cours de l’automne et de l’hiver dans l’hémisphère nord. Les souches du virus de la grippe incluses dans le vaccin sont déterminées chaque année par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les hémisphères nord et sud.

Vaccin injectable

Le vaccin injectable est introduit dans l’organisme par une piqûre faite à l’aide d’une seringue.

Pour la saison 2014-2015, le vaccin injectable offert dans le cadre du programme québécois de vaccination contre la grippe contient les 3 souches suivantes :

  • A/California/7/2009 (H1N1)
  • A/Texas/50/2012 (H3N2)
  • B/Massachusetts/2/2012

Un vaccin injectable composé de 4 souches différentes est aussi disponible sur le marché, mais n’est pas offert dans le cadre du programme de vaccination contre la grippe.

Les personnes âgées de 6 mois et plus peuvent recevoir le vaccin injectable, à moins de contre-indications. Cependant, les jeunes âgés de 2 à 17 ans devraient recevoir le vaccin intranasal.

Seules certaines personnes peuvent recevoir le vaccin injectable gratuitement dans le cadre du programme public de vaccination contre la grippe. Pour en savoir plus, consultez la liste des personnes ayant droit de recevoir le vaccin injectable gratuitement.

Vaccin intranasal

Le vaccin intranasal est introduit dans l’organisme par vaporisation dans le nez, un jet dans chaque narine. Dans la majorité des cas, ce type de vaccin peut être utilisé même s’il y a des sécrétions dans le nez.

Pour la saison 2014-2015, le vaccin intranasal offert dans le cadre du programme québécois de vaccination contre la grippe contient les 4 souches suivantes :

  • A/California/7/2009 (H1N1)
  • A/Texas/50/2012 (H3N2)
  • B/Massachusetts/2/2012
  • B/Brisbane/60/2008.

Les personnes âgées de 2 à 59 ans peuvent recevoir le vaccin intranasal, à moins de contre-indications. Le vaccin intranasal est toutefois recommandé seulement pour les jeunes de 2 à 17 ans, le vaccin injectable étant le vaccin recommandé pour les autres personnes.

Les études montrent en effet que le vaccin intranasal est plus efficace chez les enfants de 2 à 17 ans. De plus, il les protège plus longtemps que le vaccin injectable. Le vaccin intranasal est donc recommandé et offert gratuitement à certains jeunes de 2 à 17 ans dans le cadre du programme de vaccination contre la grippe. Pour en savoir plus, consultez la liste des personnes ayant droit de recevoir le vaccin intranasal gratuitement.

Sécurité du vaccin

Le vaccin contre la grippe est sécuritaire. Il ne peut pas transmettre la grippe ni aucune autre maladie. En effet, les virus ou parties de virus qu’il contient sont tués ou trop affaiblis pour se reproduire et causer la grippe.

Au Canada et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe plusieurs programmes de surveillance liés à la vaccination. Ces programmes assurent, entre autres, la qualité des vaccins offerts. L’un de ceux-ci est le programme québécois de surveillance des « effets secondaires possiblement reliés à l’immunisation » (ESPRI). Ce programme a été mis en place en 1990 par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Efficacité du vaccin

Le vaccin contre la grippe prend généralement 2 semaines avant d’être pleinement efficace.

La protection offerte par le vaccin peut varier d’une personne à l’autre, mais elle dure au moins 6 mois. 

Il faut aussi savoir que le vaccin protège seulement contre les souches de virus de la grippe qu’il contient. Il ne protège pas contre les autres infections respiratoires, comme le rhume. La grippe est souvent confondue avec le rhume. Pour en savoir plus, consultez la page Différences entre la grippe et le rhume.

Facteurs d’efficacité

L’efficacité du vaccin dépend :

  • de l’âge de la personne vaccinée;
  • de l’état de son système immunitaire, c’est-à-dire le système qui permet à son corps de se défendre contre les infections;
  • du degré de parenté entre les souches de virus qui circulent et celles que contient le vaccin.

La protection offerte par le vaccin contre la grippe n’est donc pas de 100 %. Le vaccin prévient la grippe chez environ 60 % des personnes en bonne santé lorsque les souches de virus qu’il contient correspondent bien aux souches en circulation.

Chez les personnes âgées de 60 ans ou plus et les personnes atteintes d’une maladie chronique, le vaccin permet surtout de diminuer les risques de complications de la grippe, d’hospitalisation et de décès.

Vaccination des enfants

Il est important de faire vacciner les enfants afin qu’ils soient bien protégés contre la grippe et ses complications. Si votre enfant ne se sent pas bien le jour de la vaccination, consultez la section Conditions de report de la vaccination pour savoir si vous devez ou non retarder sa vaccination.

Voici quelques renseignements concernant la vaccination des enfants, en fonction de leur âge :

Enfants de moins de 6 mois

Il n’est pas recommandé de faire vacciner les enfants âgés de moins de 6 mois. En effet, l’efficacité du vaccin n’a pas été prouvée pour les enfants de cet âge. Le vaccin ne leur est donc pas offert.

Toutefois, les enfants de moins de 6 mois peuvent eux aussi attraper la grippe. De plus, ils font partie des personnes qui ont plus de risques de présenter des complications. Il est donc important que toutes les personnes de l’entourage des enfants de moins de 6 mois soient vaccinées pour éviter de leur transmettre la grippe.

Si vous avez un enfant de moins de 6 mois, vous et votre entourage pouvez recevoir le vaccin gratuitement dans le cadre du programme de vaccination contre la grippe.

Enfants de moins de 9 ans

Les enfants de moins de 9 ans qui se font vacciner pour la première fois contre la grippe doivent recevoir 2 doses du vaccin. La 2e dose doit être donnée un mois après la 1re. Les parents doivent donc prévoir 2 visites pour faire vacciner leur enfant contre la grippe.

En effet, comme la plupart des vaccins administrés durant l’enfance, la 1re injection du vaccin contre la grippe doit être suivie d’une injection de rappel chez les enfants. La 1re dose du vaccin permet en quelque sorte au système immunitaire de l’enfant de « faire connaissance avec le virus » et de le combattre, mais pendant quelques semaines seulement. La 2e dose permet au système immunitaire de l’enfant de produire plus d’anticorps pour combattre le virus sur une plus longue période.

Il est donc très important que les enfants de moins de 9 ans qui se font vacciner pour la première fois contre la grippe reçoivent les 2 doses du vaccin. La 2e dose leur permettra d’être bien protégés pendant toute la saison de la grippe.

Cette démarche s’applique aussi aux enfants qui ont reçu le vaccin contre la grippe pandémique A (H1N1) en 2009. Ces enfants doivent recevoir 2 doses du vaccin s’ils se font vacciner pour la première fois contre la grippe.

Seuls les enfants de moins de 9 ans qui se sont déjà fait vacciner contre la grippe n’ont besoin que d’une seule dose du vaccin.

Enfants de 9 ans et plus

À partir de l’âge de 9 ans, les enfants qui se font vacciner contre la grippe reçoivent une seule dose du vaccin, même s’ils n’ont jamais été vaccinés contre la grippe auparavant.

En effet, le système immunitaire d’un enfant de 9 ans est assez mature pour produire assez d’anticorps pour le protéger après 1 seule dose de vaccin.

Conditions de report de la vaccination

Il existe très peu de raisons pour reporter la vaccination.

Ainsi, les personnes qui ont le rhume peuvent se faire vacciner sans problème. Si une personne qui devait recevoir le vaccin intranasal a beaucoup de sécrétions dans le nez, il est possible de lui donner le vaccin injectable.

Seule une maladie grave pourrait amener un vaccinateur à retarder une vaccination, après avoir évalué l’état général de la personne à vacciner. Le fait de faire de la fièvre n’est pas à lui seul un signe de maladie grave.

Effets secondaires

Certaines réactions peuvent survenir après la vaccination.

Nature et fréquence des réactions possibles au vaccin injectable

Fréquence Réactions possibles au vaccin injectable

Dans la majorité des cas
(plus de 50 % des gens)

  • Douleur à l’endroit où l’injection a été faite

Très souvent
(entre 10 % et 50 % des gens)

  • Rougeur, gonflement à l’endroit où l’injection a été faite
  • Douleurs musculaires
  • Mal de tête
  • Fatigue
  • Perte d’appétit
  • Somnolence (difficulté à rester éveillé)
  • Irritabilité

Souvent
(moins de 10 % des gens)

  • Bleu ou démangeaison à l’endroit où l’injection a été faite
  • Fièvre, frissons, douleur aux jointures et malaises, particulièrement chez les personnes vaccinées pour la 1re fois contre la grippe.
  • Nausées
  • Vomissements
  • Diarrhée
  • Maux de ventre
  • Yeux rouges, mal de gorge, toux et difficulté à respirer (ce qu’on appelle le syndrome oculorespiratoire ou SOR)

Parfois
(moins de 1 % des gens)

  • Enflure du visage (cette réaction fait aussi partie du SOR)
  • Rougeurs sur la peau
  • Étourdissements
  • Enflure des ganglions

Rarement

(moins de 1 personne sur 1000)

  • Convulsions (le corps se raidit et les muscles se contractent de façon saccadée et involontaire)
  • Engourdissements
  • Névralgie (douleur sur le trajet d'un nerf)

Nature et fréquence des réactions connues causées par le vaccin intranasal

Fréquence Réactions connues causées par le vaccin intranasal

Souvent
(moins de 10 % des gens)

  • Écoulement nasal ou congestion du nez
  • Mal de tête
  • Fatigue ou malaises

Rarement

(moins de 1 personne sur 1000)

  • Réaction allergique

Quoi faire après la vaccination

Conseils à suivre dans les minutes suivant la vaccination

Attendez 15 minutes avant de quitter l’endroit où vous avez reçu le vaccin.

Si vous ressentez des effets secondaires, informez-en immédiatement la personne qui vous a donné le vaccin. Elle pourra vous traiter sur place.

Conseils à suivre à la maison

Si vous avez une rougeur, une douleur ou un gonflement à l’endroit où l’injection a été faite, appliquez une compresse humide froide à cet endroit.

En cas de douleur ou de fièvre, prenez de l’acétaminophène, par exemple du TylenolMD, ou de l’ibuprofène, par exemple du AdvilMD.

Quand consulter

Consultez un médecin si vous êtes dans l’une des situations suivantes : 

  • Vous ressentez des symptômes graves ou inhabituels.
  • Vos symptômes s’aggravent au lieu de s’améliorer.
  • Vos symptômes durent depuis plus de 48 heures.

Réactions extrêmement rares

Des réactions extrêmement rares peuvent survenir après la vaccination contre la grippe.

Le syndrome de Guillain-Barré, aussi appelé SGB, est une de ces réactions. Ce syndrome cause une paralysie progressive, c’est-à-dire qu’une ou plusieurs parties du corps s’engourdissent jusqu’au point de ne plus pouvoir bouger. Cette paralysie finit par disparaître, mais elle peut parfois laisser des séquelles. La cause du SGB est inconnue. Dans la majorité des cas, le SGB survient après une infection des intestins ou des poumons. Il atteint surtout les jeunes adultes et les personnes âgées de 60 ans ou plus.

Le risque de présenter le syndrome de Guillain-Barré après avoir été vacciné contre la grippe, si ce risque existe, est extrêmement faible. En effet, on a moins de chances de développer un SGB après la vaccination contre la grippe qu’après avoir contracté une infection comme la grippe.

Les réactions allergiques graves sont aussi extrêmement rares. Si jamais elles se produisent, ce sera dans les minutes qui suivent la vaccination.

Dernière mise à jour : 01 octobre 2014, 14:53

L'information contenue sur le site ne remplace en aucun cas l'avis d'un professionnel de la santé. Si vous avez des questions concernant votre état de santé, appelez Info-Santé 8-1-1 ou consultez un professionnel de la santé.

Menu complémentaire